Les tampons traditionnels, une réelle menace pour les femmes

Le tampon hygiénique est et restera un indispensable pour des millions de femmes. 

Cependant, celui-ci est de plus en plus controversé.. et à juste titre ! 

 

Récemment, une jeune étudiante belge de 17 ans est décédée à la suite d’un choc toxique provoqué par un tampon hygiénique. Un fait qui est loin d’être isolé et qui a déjà causé bon nombre de victimes à travers le monde entier.

Comment peut-on en arriver là ? 

Le tampon favorise le développement de bactéries. Ces bactéries s’attaquent à différents organes vitaux tels que le foie, les reins ou encore le cœur et peuvent s’avérer mortelles.

Bien entendu, le tampon hygiénique ne cause pas la mort dans la majorité des cas. Mais cela ne signifie pas qu’aucun effet néfaste ne doit pas être envisagé. En effet, il contient des produits chimiques comme du dioxine ou encore du glyphosate, pouvant entraîner l’endométriose.

Enfin, il est utile et judicieux de rappeler qu’à l’heure actuelle, aucune loi n’encadre les tampons hygiéniques, ce qui n’engendre aucune obligation aux fabricants d’en dévoiler la composition.

 

Les tampons réutilisables, une bonne idée ?

Les tampons réutilisables ont de nombreux atouts à faire valoir:

  • Ils sont écologiques: composés de coton biologique, ils ont une durée de vie pouvant s’élever jusqu’à 10 ans. 
  • Vu que ceux-ci sont créés à partir de coton biologique, ils sont beaucoup plus respectueux de votre santé que les traditionnels. Produit sans procédé chimique, le tampon réutilisable représente une alternative bien plus prudente.
  • Il permet de faire des économies intéressantes. En effet, en moyenne, lors des périodes de règle, il faut compter 4 tampons traditionnels par jour, ce qui équivaut à 16 tampons pour 4 jours de règles. A l’année, le nombre de tampons s’élève plus ou moins à 200, soit plus de 6000 tampons pour l’entièreté d’une vie menstruée.

N’oublions tout de même pas que le risque zéro du choc toxique n’existe pas, même pour un tampon réutilisable. Il est important de choisir un tampon avec une capacité d’absorption adaptée et de ne pas le laisser plus de 6 heures à l’intérieur de soi. 

 

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés